SU-ITE DANS LES IDÉES

Les séminaires de l'Institut de la transition environnementale

Ces séminaires visent à explorer les freins et les difficultés scientifiques, techniques et économiques de la transition écologique, et les conditions nécessaires pour les dépasser, notamment d’un point de vue social, économique, politique et culturel.

 

Cycle 2 – Mai-Juillet 2018

Le brillant avenir de l’agroécologie

 

Séance 6 – Casser les freins et transformer le système agricole

Jeudi 5 juillet 2018, 17h-19h30

Campus Pierre et Marie Curie
Place Jussieu 75005 Paris
Institut d’écologie et des sciences de l’environnement (iEES)
Salle de conférences, Tour 45, 4e étage, couloir 45-44

Si la transition agroécologique se profile, le chemin à suivre n’est pas tout tracé. Elle se heurte à de nombreux freins et blocages de nature culturelle, économique et de faisabilité technique. Ce séminaire examinera le cas spécifique mais riche d’enseignements de la formation à l’agroécologie des néoruraux, ces ex-urbains décidés à relever le défi de l’agriculture « bio » ou de la permaculture. Il exposera des travaux français de modélisation, uniques en Europe, qui permettent d’affiner la trajectoire de transformation du système agricole.

  • Christophe Delamare, Fermes d’avenir
    Former pour transformer l’agriculture : un exemple de démarche
  • Xavier Poux, consultant chercheur chez AScA, chercheur associé à l’IDDRI
    Quels scénarios de transformation agroécologique ?

 

Séance 5 – De l’expérimentation à l’évaluation de l’agroécologie : quels acquis ? quels freins ?

JEUDI 14 juin, 17h-19h30
Institut d’écologie et des sciences de l’environnement (iEES)
Salle de conférences, Tour 45, 4e étage, couloir 45-44
Campus Pierre et Marie Curie, Place Jussieu
75005 Paris

L’agroécologie a fait l’objet d’un grand nombre d’expérimentations qui permettent d’en évaluer les intérêts et les limites. Par exemple différentes associations de variétés de plantes de grande culture ont été testées dans des contextes de production variés dans l’idée de réduire les intrants tout en adaptant au mieux les productions aux territoires. Une gestion dynamique de la diversité cultivée peut également se faire dans les fermes à travers la culture, la sélection et le re-semis par les agriculteurs de populations hétérogènes dans le cadre de programmes de sélection participative afin de favoriser une adaptation au cours du temps. D’autres évaluations portent sur la viabilité économique des systèmes agroécologiques. Quelles sont les méthodes utilisées pour ces évaluations ? Quels en sont les résultats ? Quelles conclusions en tirer pour la transition écologique de notre agriculture ?

  • Sébastien Barot, IRD et iEES, président de la Société française d’écologie
    Que nous apprennent les expérimentations de mélanges variétaux ?
  • Isabelle Goldringer, Inra Gif-sur-Yvette, GQE – Le Moulon
    Innovation des variétés et des semences pour l’agroécologie : cultiver la biodiversité
  • François Léger, AgroParisTech, UMR SAD-APT
    Les fermes agroécologiques sont-elles viables économiquement ?

 

Séance 4 – Pourquoi l’agroécologie ? Un état des lieux

JEUDI 17 mai, 17h-19h30

Dans le monde entier, une nouvelle ambition est de plus en plus partagée : engager l’agriculture dans une transition écologique qui la rendra économe en énergie et en ressources, peu polluante, respectueuse de la biodiversité et de la qualité des sols tout en étant résiliente face aux aléas et au changement climatique et apte à produire suffisamment pour nourrir 9,7 milliards d’habitants en 2050. Ainsi, cette agroécologie est généralement définie comme l’application de l’écologie scientifique à la conception et la gestion d’une agriculture durable. Sur quels résultats scientifiques est-elle fondée ? Permettrait-elle d’assurer la sécurité alimentaire ? Comment peut-on faire évoluer les pratiques agricoles et leurs déterminants culturels et socio-économiques dans le sens de l’agroécologie ?
État des lieux…

  • Luc Abbadie, SU-ITE et iEES, Sorbonne Université
    Comment la science écologique révèle les capacités de l’agroécologie
  • Bader Mahaman Dioula, agronome, Action contre la faim France
    Quel modèle agricole pour la sécurité alimentaire et une alimentation saine ?
  • Marianne Cohen, SU-ITE et Enec, Sorbonne Université
    Les pratiques agricoles écologiques : quels déterminants culturels et socio-économiques ?

 

A suivre :

En octobre : Cycle sur la ville durable

Cycle 1 – Janvier-mars 2018

Quels usages responsables et durables
des énergies renouvelables ?

 

Séance 3 – De l’accès de l’énergie à son appropriation

JEUDI 12 AVRIL 2018, 17h-19h30

Salle de conférences de l’UFR TEB (Terre, Environnement, Biodiversité)
Couloir 46-56, 2eme étage

Près de 20 % de la population mondiale n’a pas accès à l’électricité et à des moyens de combustion modernes. Cette inégalité a d’importantes répercussions négatives sur la santé, l’éducation, la sécurité alimentaire, la communication, les emplois, l’égalité hommes-femmes et l’environnement. Quels sont les programmes en cours pour renverser la vapeur ? Le développement des énergies renouvelables est-il toujours approprié compte tenu de ses coûts, et à quelles conditions ? Dans les pays industrialisés, une certaine démocratisation de l’accès à la production d’électricité se développe via l’autoconsommation, des projets éoliens participatifs ou des « centrales solaires citoyennes ». Quelle peut être la part de ces initiatives dans la production et la transition énergétiques ?

  • Christian Simon, Laboratoire PHENIX (UMR 8234) et FabLab Sorbonne Université
    Du besoin d’électricité non carbonée aux modes de production et d’économie d’énergie
  • Arouna Darga, spécialiste de l’énergie solaire photovoltaïque, enseignant-chercheur, Sorbonne Université, Polytech Sorbonne, Laboratoire de génie électrique et électronique de Paris (GeePs), Président de l’association Eau Fil Du Soleil, représentant national de l’ONG ANSOLE (African Network for Solar Energy)
    L’accès à l’énergie solaire dans les pays en développement
  • Justine Peullemeulle, Energie Partagée
    Quels sont les chemins de l’appropriation sociale des EnR ?

Séance 2 – Comment maîtriser les impacts écologiques des énergies renouvelables ?

Jeudi 15 février 2018

Paradoxalement, les systèmes de production d’énergie renouvelable (EnR) peuvent avoir des impacts directs sur les milieux naturels. Ainsi, des recherches ont mis en évidence l’impact négatif de l’implantation d’éoliennes en milieu agricole sur l’avifaune et les chauves-souris. Les lignes électriques ont également des impacts sur la biodiversité. On peut se demander quel serait l’impact du déploiement de grandes centrales solaires annoncées par EDF. Et quelles sont les conséquences de l’exploitation du bois des forêts pour produire de l’énergie, que ce soit dans de grandes centrales ou dans des installations domestiques ? Comment faut-il déployer les EnR dans les territoires pour les rendre soutenables ?

Avec :

Kevin Barré, Muséum national d’histoire naturelle
L’éolien est-il durable pour la biodiversité ?

Viviane Degret et Emilie Droeven, Réseau de transport d’électricité (RTE)
Transition énergétique, adaptation des réseaux électriques et maîtrise des impacts environnementaux

Séance 1 – Énergies renouvelables et économie de ressources

Jeudi 25 janvier 2018

Dans les prochaines décennies, le déploiement des énergies renouvelables (EnR) et du stockage de l’énergie qui leur est associé va accroître l’extraction et l’utilisation de ressources minérales, notamment métalliques. Dès lors les EnR ne pourront être durables que si l’on prend soin de ces ressources. Quel est l’état des lieux ? Quels sont les coûts énergétiques, environnementaux et sociaux de l’exploitation et du traitement de ces ressources minérales ? Comment réduire les consommations d’eau, d’énergie, de produits chimiques et les rejets dans l’environnement ? Quelles sont les solutions de recyclage envisagées ou appliquées ?

Avec :
• Yves Bouvier, historien de l’énergie, SIRICE (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe), Sorbonne Université
Le développement des énergies renouvelables : perspectives historiques

• Georges Calas, Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC), MNHN et Sorbonne Université
Ressources minérales et développement durable

• Mathieu Salanne, laboratoire PHENIX, Physicochimie des électrolytes et nanosystèmes interfaciaux, Sorbonne Université
Des batteries pour stocker l’énergie : quels matériaux, quelles contraintes environnementales ?

Ouvert à tous.
Pour vous inscrire
communication@su-ite.eu

Actualités du projet