SU-ITE DANS LES IDÉES

Les séminaires de l'Institut de la transition environnementale

Les séminaires de SU-ITE visent à explorer les freins et les difficultés scientifiques, techniques et économiques de la transition écologique, et les conditions nécessaires pour les dépasser, notamment d’un point de vue social, économique, politique et culturel.

 

Cycle 7 – Changements environnementaux et santé

Rencontres-débats, novembre 2020 – janvier 2021

Du fait de la pandémie de covid-19, beaucoup d’idées concernant les liens entre l’environnement et la santé ont été revisitées. Le concept « One Health », « une seule santé », qui relie santé environnementale, santé humaine et santé animale, a regagné de la pertinence. On sait de longue date que l’environnement influe sur la santé des êtres vivants par le biais de multiples facteurs physiques, chimiques et biologiques. Les espèces s’adaptent et atteignent un point d’équilibre. Tout changement environnemental soudain est alors susceptible de perturber cet équilibre et de provoquer l’émergence d’agents pathogènes chez ces espèces et de là chez l’Homme.

Cependant, de tels effets sont difficiles à mesurer chez l’Homme puisqu’ils doivent, pour être identifiés, soit être recherchés sur des modèles biologiques puis transposés à des expositions humaines réelles, soit s’exprimer à l’échelle des populations comme c’est le cas pour la covid-19. Les effets des changements environnementaux (changement climatique, destruction des écosystèmes, pollutions….) sur l’incidence de maladies ou sur l’émergence d’agents pathogènes sont bien démontrés dans certains cas, mais pas toujours clairement établis dans d’autres. Leurs effets synergiques (réchauffement et changement d’affectation des sols par exemple) sont complexes, mal connus ou controversés.

Dans ces conditions, les arbitrages incitant à des pratiques de protection de l’environnement susceptibles de réduire les impacts sanitaires sont l’objet de luttes d’influence visant à atténuer la perception du risque ou au contraire à l’accroître. Comment articuler alors les connaissances scientifiques, même imparfaites, et des décisions raisonnées qui soutiennent de pair la santé publique et celle des écosystèmes ?

En fonction de l’évolution de la situation sanitaire, ces rencontres-débats se tiendront
à Sorbonne Université ou par visioconférence.

Programme

Jeudi 26 novembre 2020, 17h30-19h30

L’approche One Health face aux changements environnementaux
Jean-François Humbert, iEES, Sorbonne Université-CNRS

Changements globaux, alimentation et santé
Vincent Moriniaux, maître de conférences en géographie et chercheur au sein du laboratoire Médiations, Sciences des lieux, sciences des liens, Sorbonne Université

Jeudi 17 décembre 2020, 17h30-19h30

One Health et maladies parasitaires
Coralie Martin, responsable de l’équipe Parasites et Protistes Libres, UMR 7245 Molécules de Communication et Adaptation des Micro-organismes (MCAM), Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), Membre du Domaine d’intérêt majeur (DIM) 1-Health de la Région Île-de-France

Quelles sont les influences observées et prédictibles des changements environnementaux sur les écosystèmes marins ?
Laurent Bopp, Laboratoire de météorologie dynamique, ENS/IPSL

Jeudi 21 janvier 2021, 17h30-19h30

Changement climatique, pollutions et santé humaine et animale
Isabella Annesi-Maesano, Épidémiologie des maladies Allergiques et Respiratoires (EPAR), INSERM UMR-S 1136, Institut Pierre Louis d’Épidémiologie et Santé Publique, Sorbonne Université

Les impacts des espèces invasives sur la santé humaine, la biodiversité et la « santé » des écosystèmes terrestres
Boris Leroy, UMR Biologie des Organismes et des Écosystèmes Aquatiques, Département Adaptations du Vivant, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)

Pour vous inscrire (gratuit mais obligatoire)

 

Les pollutions de l’eau : quels impacts sur la santé et les écosystèmes, quelles décisions de gestion ?

Mardi 25 février 2020, 17h30-19h30,

Salle de conférences de l’UFR TEB (Terre, Environnement, Biodiversité)
Couloir 46-56, 2eme étage, Campus Pierre et Marie Curie
4 place Jussieu 75005 Paris

Les effets sur les maladies et la mortalité de nombreuses substances chimiques présentes dans l’air, les sols et l’eau, ceux des conditions de vie ou des changements de l’alimentation sont bien documentés, que ce soit pour la santé humaine ou celle des animaux et des plantes. Néanmoins, les effets de changements environnementaux d’apparition plus récente ou de leur synergie sont mal connus ou controversés. Dans ces conditions, les arbitrages susceptibles de réduire les impacts sanitaires en incitant à de nouvelles pratiques sont l’objet de luttes d’influence visant à atténuer la perception du risque ou au contraire à l’accroître. Comment articuler alors les connaissances scientifiques, même imparfaites, et des décisions raisonnées qui soutiennent la santé publique et celle des écosystèmes ?
Ce premier séminaire d’un cycle de trois abordera la question de l’antibiorésistance et celle des micropolluants. La résistance microbienne aux antibiotiques est un problème crucial de santé publique, aggravé par sa diffusion dans l’environnement. Fabienne Petit, chercheuse à Sorbonne Université, fera le point sur les stratégies de lutte contre l’antibiorésistance, dont la réduction de l’usage des antibiotiques, les traitements des eaux usées et des déchets, et la gestion des milieux naturels.
Le problème des micropolluants sera abordé sous l’angle des eaux de voiries, ou eaux de ruissellement, dont les micropolluants organiques et métalliques contaminent les milieux aquatiques. Marie-Christine Gromaire, chercheuse à l’École des Ponts ParisTech, expliquera les analyses du projet ROULÉPUR, qui a évalué quatre solutions de gestion à la source des eaux de voiries.

1) La propagation des antibiorésistances dans les eaux : quelles solutions ?
Fabienne Petit, professeur à l’Université de Rouen et chercheuse associée à l’UMR METIS (Milieux environnementaux, transferts et interactions dans les hydrosystèmes et les sols), Sorbonne Université – CNRS – EPHE

2) La gestion des micropolluants des eaux de ruissellement urbaines
Marie-Christine Gromaire, Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains (LEESU, École des Ponts ParisTech, Université Paris-Est Créteil et AgroParisTech)

Ouvert à tous.
Pour vous inscrire
communication@su-ite.eu

Actualités du projet