La pollution urbaine vue d’en haut et d’en bas

Webinaire, jeudi 7 octobre 13h30-15h

L’Institut de la transition environnementale Sorbonne Université (SU-ITE) et l’UFR de physique de Sorbonne Université vous invitent à une série de webinaires mensuels qui évoquent chacun une problématique liée aux changements environnementaux sous deux angles d’approche différents et complémentaires : celui d’un(e) spécialiste de la physique et celui d’un(e) spécialiste d’une autre discipline.

 

La composition atmosphérique et l’évolution des polluants urbains et des gaz à effet de serre étudiées par télédétection FTIR

Yao Veng TE, Christof JANSSEN, Laboratoire d’Etudes du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères (LERMA), Sorbonne Université

L’augmentation des gaz à effet de serre et d’espèces chimiques actives dans l’atmosphère et leur impact sur le changement climatique et la qualité de l’air figurent parmi les sujets majeurs pour les autorités sanitaires et les spécialistes de l’environnement. Le surveillance de ces composés atmosphériques est nécessaire pour comprendre le changement climatique et les évolutions de la composition de l’atmosphère à court et long terme. Une stratégie récente vise à développer des techniques de mesure pour le suivi et la quantification des polluants atmosphériques le plus près possible de leurs sources d’émission, à l’échelle régionale et en prenant en compte leur variabilité. Le LERMA exploite un spectromètre à haute résolution par Transformation de Fourier en infrarouge (FTS-Paris), localisé sur le campus Pierre et Marie Curie, à Paris, pour fournir des mesures intégrées des gaz à effet de serre et des polluants de l’air. Un aperçu des activités de recherche menées au sein de l’équipe sera donné : aspects instrumentaux, analyse des données, réseaux internationaux, validation des données satellitaires, variabilité saisonnière et tendance des gaz à l’état de trace d’intérêts atmosphériques liés à la pollution/qualité de l’air ainsi qu’au changement climatique.

 

Cartographier la pollution à l’échelle du piéton par une expérimentation participative (projet Expo’PED)

Florence HUGUENIN-RICHARD, Laboratoire Médiations – Sciences des lieux, sciences des liens, Institut de géographie, Sorbonne Université

La marche à pied est plébiscitée en ville tout à la fois comme bonne pour la santé de ceux qui la pratiquent et bénéfique à l’environnement urbain, car c’est un mode de transport non polluant. Pour autant, les piétons sont exposés quotidiennement au cours de leurs déplacements à la pollution atmosphérique. Or, cette exposition est connue de manière imprécise à l’échelle du piéton (soit au niveau des trottoirs ou des lieux de traversée). En effet les cartographies officielles de la surveillance de la qualité de l’air, telles que celles d’Airparif pour l’Ile-de-France, ne permettent pas de connaître avec précision et finesse les niveaux de polluants auxquels les piétons sont exposés dans la variabilité géographique de leur cheminement et des horaires de leurs sorties ; la pollution variant en fonction des conditions météorologiques et des horaires au cours d’une journée. De fait, la cartographie de la pollution à l’échelle des individus pose de nombreuses questions méthodologiques liées à la variabilité spatio-temporelle des polluants dans l’air et à la variabilité des situations d’exposition (trafic, position du piéton sur le trottoir, en attente de traversée ou encore choix de l’itinéraire). C’est précisément le propos de notre communication. Nous allons présenter le protocole de recherche EXPO’PED, dans lequel nous ambitionnons de réaliser une cartographie participative de la pollution atmosphérique à l’échelle des piétons à partir de mesures de polluants par capteur embarqué par le piéton et du recueil de la perception de la pollution par les piétons eux-mêmes.

 

Lien Zoom de connexion

 

Photo Crédit Evgeny Nelmin/Unsplash