Les pollutions de l’eau : quels impacts sur la santé et les écosystèmes, quelles décisions de gestion ?

Séminaires février-avril 2020 – Cycle « Changements environnementaux et santé »

Mardi 25 février 2020, 17h30-19h30

Salle de conférences de l’UFR TEB (Terre, Environnement, Biodiversité)
Couloir 46-56, 2eme étage, Campus Pierre et Marie Curie
4 place Jussieu 75005 Paris

Entrée libre et gratuite sur inscription

 

Les effets sur les maladies et la mortalité de nombreuses substances chimiques présentes dans l’air, les sols et l’eau, ceux des conditions de vie ou des changements de l’alimentation sont bien documentés, que ce soit pour la santé humaine ou celle des animaux et des plantes. Néanmoins, les effets de changements environnementaux d’apparition plus récente ou de leur synergie sont mal connus ou controversés. Dans ces conditions, les arbitrages susceptibles de réduire les impacts sanitaires en incitant à de nouvelles pratiques sont l’objet de luttes d’influence visant à atténuer la perception du risque ou au contraire à l’accroître. Comment articuler alors les connaissances scientifiques, même imparfaites, et des décisions raisonnées qui soutiennent la santé publique et celle des écosystèmes ?
Ce premier séminaire d’un cycle de trois abordera la question de l’antibiorésistance et celle des micropolluants. La résistance microbienne aux antibiotiques est un problème crucial de santé publique, aggravé par sa diffusion dans l’environnement. Fabienne Petit, chercheuse à Sorbonne Université, fera le point sur les stratégies de lutte contre l’antibiorésistance, dont la réduction de l’usage des antibiotiques, les traitements des eaux usées et des déchets, et la gestion des milieux naturels.
Le problème des micropolluants sera abordé sous l’angle des eaux de voiries, ou eaux de ruissellement, dont les micropolluants organiques et métalliques contaminent les milieux aquatiques. Marie-Christine Gromaire, chercheuse à l’École des Ponts ParisTech, expliquera les analyses du projet ROULÉPUR, qui a évalué quatre solutions de gestion à la source des eaux de voiries.

1) La propagation des antibiorésistances dans les eaux : quelles solutions ?
Fabienne Petit, professeur à l’Université de Rouen et chercheuse associée à l’UMR METIS (Milieux environnementaux, transferts et interactions dans les hydrosystèmes et les sols), Sorbonne Université – CNRS – EPHE

2) La gestion des micropolluants des eaux de ruissellement urbaines
Marie-Christine Gromaire, Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains (LEESU, École des Ponts ParisTech, Université Paris-Est Créteil et AgroParisTech)

 

Photo Creative Commons / © 2013, Jeremy Atherton