La productivité de la forêt aux temps de la transition écologique

Webinaire

Couper des arbres détruit-il la forêt ?

La productivité de la forêt aux temps
de la transition écologique

 

Mardi 24 novembre 11h – 12h30

Inscription gratuite mais obligatoire

Organisé par l’Institut de la transition environnementale Sorbonne Université et FIBOIS Ile-de-France

Avec :

Luc ABBADIE, professeur d’écologie à Sorbonne Université, directeur de l’Institut de la transition environnementale Sorbonne Université (SU-ITE)
Productivité et diversité des espèces forestières

Laurent AUGUSTO, INRAE Bordeaux, UMR Interactions Sol Plante Atmosphère (ISPA)
Identifier les stratégies qui optimisent le puits de carbone des forêts
Les arbres fixent du carbone dans leur biomasse, qui enrichit ensuite le sol en carbone organique (effet de séquestration). Une fois récoltée, la biomasse des arbres peut servir à produire des biens (effet de stockage). Enfin, le bois récolté peut servir à produire de l’énergie, ce qui évite d’émettre du CO2 d’origine fossile, alors que d’autres arbres peuvent refixer le CO2 émis par la combustion du bois. C’est l’un des processus dits de « substitution ». Malheureusement, il est en pratique impossible de maximiser en même temps ces trois effets, et des compromis doivent être définis. Un scénario d’optimums pour le carbone forestier, avec un focus particulier sur le carbone organique des sols, sera présenté.

Brigitte MUSCH, responsable du Conservatoire génétique des arbres forestiers (CGAF) à l’ONF
L’adaptation des forêts au dérèglement climatique
La vitesse et l’amplitude du changement climatique ont des impacts très importants sur les espèces forestières, pouvant conduire à des dépérissements voire à la disparition localement de certaines espèces. Les ressources génétiques forestières sont un des leviers pour adapter les forêts au changement climatique. La diversité spécifique et génétique présente dans les espèces forestières est très importante. Elle peut être mobilisée à différents stades du cycle sylvicole mais aussi par différentes actions comme la migration assistée ou l’enrichissement spécifique afin de maintenir les différentes fonctions de la forêt.

Marc-André SELOSSE, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, responsable de l’équipe Interactions et Evolution Végétale et Fongique
La forêt et les champignons qui soutiennent les arbres
Les arbres sont associés à des champignons qui les aident à exploiter le sol, et forment des mycorhizes, associations symbiotiques, avec leurs racines. Prendre en compte cette logique, c’est potentiellement trouver de nouveaux auxiliaires pour la forêt de demain et comprendre les sols forestiers.
 

 

Photo Dave Hoefler/Unsplash