Tisser de nouveaux liens avec le vivant

23 septembre 2021, 18h-20h,

format hybride, sur inscription

 

Dans le contexte du bouleversement planétaire en cours, on entend ici et là qu’il faut renouveler notre façon de penser nos liens avec le vivant. Deux écueils semblent alors se présenter devant cette réinvention des relations entre les humains et le reste de la nature. D’une part, le maintien d’une vision anthropocentrique de ces relations, où des « services écosystémiques » rendus aux sociétés humaines viendraient redécouper le monde entre vivants utiles d’un côté, et nuisibles et invasifs de l’autre. D’autre part, un anthropomorphisme qui prêterait à tous les vivants des sentiments humains et appauvrirait la diversité des modes d’existence et de relations possibles.

Ce séminaire tentera donc de faire état de la façon dont ces relations avec le reste du vivant se recomposent concrètement et de donner quelques pistes de réflexion pour l’avenir.

 

Organisé par l’Ecopolien, collectif pluridisciplinaire d’universitaires préoccupés par les enjeux écologiques.

Avec

Alizé Bertier, géographe, Laboratoire LADYSS, Paris I Panthéon Sorbonne

Jacques Tassin, écologue, CIRAD, Montpellier

Lieu : La Générale, 39 rue Gassendi, 75014 Paris

 

Ouvert au public sur inscription

Également retransmis en visioconférence